Chaleur de juillet

Chaleur de juillet, la révolte gronde,
Pavés, poutres, les barricades se fondent,
L'agitation, la peur se font profondes,
Des balles sifflent, et des ombres qui tombent,
Le peuple frémit, la haine est féconde.

Des corps tordus, tous desarticulés,
Des hommes étendus,  la vie à filé,
Forces armées, insurgés, mélangés,
Haine du pouvoir, soif de l anarchie,
Soif de la monarchie,  tous réunis.

Refrain
La France s insurge, Paris se soulève,
Le peuple s agite, la haine s élève,
Au sondes canons, les baïonnettes se lèvent,
Le sang se déverse,  les hommes crèvent,
La France s insurge, Paris se soulève,
Le peuple s agite, la haine s élève,
Le sang se déverse,  les hommes crèvent.

Des cadavres gisants dans les charrettes,
Tous tombés sous le joug des baïonnettes,
Derniers soupirs d une république discrète
Vilénie d un pouvoir aux oubliettes
Délation pour fouiller des victimes muettes.

Nul n a le droit de penser ou d'écrire,
Sort de nos soldats sur le pas de tir,
Aucun mot n est assez fort et puissant
Pour dire les maux de ce siècle naissant.

Refrain

Des corps ensanglantés elle s est hissée ,
Bravant la peur, la douleur et la mort,
Prônant l espoir, le devoir et la gloire,
Hissant haut le bleu, le blanc, et le rouge,
Oui elle s est imposée la LIBERTÉ !

 

@tous droits réservés, chanson extraite du spectacle femme d"hier et de demain, écrite pour le Skarabet

×