Prière de la Terre

Qui saura entendre ma douleur,

Calmer mes peurs, sécher mes pleurs,

Faites vite, j’ai besoin d’un docteur,

Moi Gaia, voilà que je meurs.

 

Je suis une si vieille Dame,

A l’échelle de l’humanité,

Et pourtant une très jeune âme

Dans notre univers étoilé.

 

Je vous ai si bien accueillis

De moi vous avez abusé

Sur le point d’être anéantie

Mon dieu que vous ai-je donc fait ?

 

 

Mes magnifiques forêts vous rasez

Vos immondes forets me transpercent

Toujours plus, jamais assez,

De ma vie on me dépouille sans cesse.

 

Je saigne, je me vide peu à peu,

Béton pour soigner mes plaies béantes,

Ciment pour cicatriser, l’enjeu,

Profit, rentabilité, tout me hante.

 

Mais pourquoi tout vouloir contrôler

Vous n’êtes pourtant que mes locataires,

Un jour je peux tous vous renvoyer

De vous tous, moi la Terre, je suis la Mère.

 

Je continue toujours de rêver

Qu’un jour, bientôt, vous vous réveillerez,

Vous arrêterez de me torturer,

En pleine harmonie avec moi, vivrez.

 

N’ai-je pas raison de croire en vous ?

Que chacun me soigne à son niveau,

Toi, moi, eux, nous, nous formons un tout,

Je veux croire en un sursaut nouveau.

 

De la vraie vie trouvez les sens,

Ne soyez plus esclave de l’essence,

De mes foudres et orages je vous épargne,

Soyez capables de calmer ma hargne.

 

Mes enfants, entendez ma prière

Elle est celle de votre Terre Mère,

Je vous supplie de poser les armes,

De votre avilissement je vous désarme.

 

Qui saura entendre ma douleur,

Calmer mes peurs, sécher mes pleurs,

Faites vite, j’ai besoin d’un docteur,

Moi Gaia, voilà que je meurs.

 

@tous droits réservés,23/07/2014

×